Du social dans mon assiette !

Publié le 09/01/2020

Les consommateurs citoyens expriment de fortes attentes pour des modes de production de l’alimentation plus vertueux. Les filières alimentaires y répondent en s’engageant dans des démarches qualitatives et/ou responsables : labels de qualité, responsabilité sociétale des entreprises…

Nous constatons néanmoins que la performance sociale est souvent oubliée dans ces engagements. Pour autant, la demande de prise en compte des aspects sociaux s’accroit, par exemple pour les produits bio, et le commerce équitable sur les produits origine France se développe fortement. Il s’agit d’un élément de différenciation qualitatif, au même titre que le bien-être animal ou le respect de l’environnement.
Il est certes plus facile de communiquer sur une viande produite « sans antibiotique » plutôt que « sans TMS » ou « avec emplois de qualité » ! Ainsi la FGA-CFDT propose une présentation de la performance sociale claire et ordonnée autour de cinq thématiques, elles-mêmes détaillées en quinze préconisations. Ce travail doit permettre d’intégrer – enfin – les critères sociaux dans les référentiels de certification des produits de qualité. Il peut également guider la négociation d’accords-cadres internationaux.

Cette action en faveur de la reconnaissance de la performance sociale dans les filières alimentaires peut contribuer à l’Agenda 2030, les Objectifs du développement durable (ODD) encourageant à « établir des modes de consommation et de production durables » (objectif 12) impliquant des « emplois décents et meilleure qualité de vie ». C’est une exigence qui s’inscrit également dans le "Pacte du Pouvoir de vivre" qui se donne pour objectif de « ne plus dissocier les questions sociales et environnementales pour donner à chacun le pouvoir de vivre ».

nuage de mots


 sdma01

sdma02

 sdma03

sdma04

sdma05

sdma06

sdma07

sdma08

sdma09

sdma10

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS