Blocage des négociations dans la volaille à cause des salaires

Publié le 24/11/2010 à 00H00
La FGA CFDT, Force Ouvrière, ainsi que la C.F.E-C.G.C, la C.F.T.C et la C.G.T. refusent d'aborder toute discussion dans la négociation actuelle sans avoir préalablement et définitivement réglé la question des salaires.

Blocage des négociations dans la volaille à cause des salaires
Blocage des négociations dans la volaille à cause des salaires
La FGA CFDT, Force Ouvrière, ainsi que la C.F.E-C.G.C, la C.F.T.C et la C.G.T. refusent d'aborder toute discussion dans la négociation actuelle sans avoir préalablement et définitivement réglé la question des salaires.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 36-2010

 

Blocage des négociations dans la volaille à cause des salaires

 

La FGA CFDT, Force Ouvrière, ainsi que la C.F.E-C.G.C, la C.F.T.C et la C.G.T. refusent d’aborder toute discussion dans la négociation actuelle avec les employeurs sur l'égalité professionnelle dans la volailleprévue le 24 novembre, sans avoir préalablement et définitivement réglé la question de la grille de salaires minima de branche 2010, laissée en attente depuis le 7 juillet dernier. Rappelons qu'à cette date, les deux organisations patronales, la FIA et le CNADEV, avaient crû s'attirer les faveurs des organisations syndicales en annonçant +0.15 % d’augmentation pour seulement sept coefficients sur trente-deux avec un paquet global contenant une OPCA de branche, l'éventualité d'un accord prévoyance de branche et sur l'égalité professionnelle mais qu'elles ont obtenu la foudre des syndicats trop conscients qu’une grosse majorité des salariés de la volaille est au salaire minimum.

Dans un contexte de hausse de la production et de la consommation de volaille, la FGA-CFDT ne peut pas accepter que les salariés soient plumés, alors que la valeur ajoutée du secteur tient à leur savoir faire et à leur investissement, dans un secteur marqué par des conditions de travail difficiles, par des accidents du travail,des maladies professionnelles et des T.M.S.

La FGA-CFDT estime que le dialogue social dans la volaille estun desplus défaillants de tout l’agroalimentaire.

 

Elle accuse les organisations patronales de ne pas avoir respecté les termes de l’accord salarial, de ne pas avoir de considération pour les salariés, d’avoir dégradé volontairement ce qui restait de dialogue au sein de la commission paritaire, qui pour rappel, fonctionne sous tutelle du ministère du travail. 

Comment peut-on faire évoluer les conditions d'emploi des salariés alors que seules les organisations syndicales ont une réelle volonté de développer et dynamiser le rôle de la branche.

La mutualisation des moyens est la seule réponse à donner aux employeurs. La FGA-CFDT demande aux employeurs de la volaille de se positionner pour l'amélioration du dialogue social de branche.

 

 

 

Fait à Paris, le 24 novembre  2010
Contacts
: Vanessa PERROTIN, Secrétaire Fédérale Tél. 01 56 41 50 50
Fax : 01 56 41 50 30
Presse : 06 37 64 89 06

FGA-CFDT 47-49 avenue Simon Bolivar  75950 Paris Cedex19
Tél : 01 56 41 50 50 - Fax : 01 56 41 50 30 - email : fga@cfdt.fr