Égalité professionnelle : Encore beaucoup d'efforts à faire dans l'agriculture et l'agroalimentaire

Publié le 09/03/2010 à 00H00
Le 8 mars est un moment privilégié pour montrer, avec l'ensemble des structures de la CFDT, notre unité et notre détermination au sujet de l'égalité des droits des femmes.

Égalité professionnelle : Encore beaucoup d'efforts à faire dans l'agriculture et l'agroalimentaire
Égalité professionnelle : Encore beaucoup d'efforts à faire dans l'agriculture et l'agroalimentaire
Le 8 mars est un moment privilégié pour montrer, avec l'ensemble des structures de la CFDT, notre unité et notre détermination au sujet de l'égalité des droits des femmes.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 6-2010
 
Égalité professionnelle :
Encore beaucoup d'efforts à faire dans l'agriculture et l'agroalimentaire
 
 
Le 8 mars est un moment privilégié pour montrer, avec l'ensemble des structures de la CFDT,  notre unité et notre détermination au sujet de l'égalité des droits des femmes. Car rien ne se fait tout seul, nous devons à chaque fois créer une dynamique dans les branches et les entreprises pour aboutir d'abord à une négociation et ensuite à un accord sur l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes.
 
En matière d'égalité professionnelle, la FGA-CFDT tire un bilan plutôt positif pour les services à l'agriculture : Crédit Agricole, MSA et Groupama ont tous un accord cadre national, sollicité, négocié et signé par les équipes FGA. Mais force est de constater que ces accords ne sont pas déclinés dans toutes les entreprises, de fait de directions qui refusent de s'engager sur le sujet. Pourtant, les salariés de ces entreprises attendent les accords, car majoritairement féminins et assumant des charges familiales (les hommes aussi sont concernés), ils prévoient des actions pour 'dépénaliser' financièrement la maternité et la parentalité. Leur objectif est également un meilleur déroulement de carrière pour les femmes par la sensibilisation du management par exemple.
 
La FGA-CFDT a prévu un bilan provisoire pour le printemps 2010 et la relance des négociations dans les entreprises où il y a des blocages.
 
Toute la difficulté pour les équipes de négociation est d'arriver à un accord qui apporte des avancées concrètes pour les salariés, au-delà d'un simple affichage d'intentions.
 
Dans l'agriculture, les femmes sont les premières à souffrir de la précarité (emplois saisonniers et temps partiels), mais les partenaires sociaux n'ont pas réussi à y mettre beaucoup plus que l'engagement de fournir tous les ans des statistiques sexuées pour mieux cerner le phénomène.
 
La FGA-CFDT est signataire de cet accord car nous espérons que les bilans annuels permettront de réveiller les consciences, de fournir des leviers d'action et d'améliorer l'existant.
 
De la persévérance il en faut aussi pour les négociations dans les industries agroalimentaires. Nous avons demandé des négociations en 2007 d'un accord interbranches pour l'industrie agroalimentaire dans son ensemble. Nous nous sommes mis d'accord avec les organisations patronales pour un constat partagé par l'Observatoire des métiers et des compétences, OBSERVIA.
 
 
 
Fait à Paris, le 8 mars 2010
Contacts : Barbara BINDNER, Secrétaire Fédérale : 06.63.35.95.53
Relations Presse : 06 37 64 89 06
FGA-CFDT 47-49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex19
Tél : 01 56 41 50 50 - Fax : 01 56 41 50 30 - email : fga@cfdt.fr