Belvédère : la FGA-CFDT regrette que les dirigeants manipulent la justice

Publié le 08/07/2011 à 00H00
Le 7 juin dernier, le Tribunal de Commerce de Dijon a prononcé l'annulation de la procédure de sauvegarde de Belvédère pour non-respect du plan de désendettement.

Belvédère : la FGA-CFDT regrette que les dirigeants manipulent la justice
Belvédère : la FGA-CFDT regrette que les dirigeants manipulent la justice
Le 7 juin dernier, le Tribunal de Commerce de Dijon a prononcé l'annulation de la procédure de sauvegarde de Belvédère pour non-respect du plan de désendettement.

 

Communiqué de presse
N° 24-2011

 

Belvédère : la FGA-CFDT regrette
que les dirigeants manipulent la justice

 

 

Le 7 juin dernier, le Tribunal de Commerce de Dijon a prononcé l’annulation de la procédure de sauvegarde de Belvédère pour non-respect du plan de désendettement. Le 16 juin suivant, le Tribunal de Commerce de Nîmes a prononcé la mise en procédure de sauvegarde de Moncigale à la demande de son DG. Moncigale étant Filiale de Marie-Brizard elle-même filiale de la Holding Belvédère SA. Le 1er juillet 2011 le TC de Nîmes prononce l'extension de la procédure de sauvegarde à la Holding Belvédère par le biais de l’administrateur de Moncigale.

 

La FGA-CFDT : « Cherchez l’erreur ! Comment une entreprise dont la procédure de sauvegarde a été annulée par un tribunal pour cause de non-respect de ses engagements, peut-elle obtenir une nouvelle procédure par un autre tribunal ? »

 

Pour la FGA-CFDT, cette décision reste incompréhensible car les activités et le patrimoine de Moncigale et de sa maison grand-mère sont distincts. Elle nous semble uniquement dictée par des manœuvres visant à protéger les intérêts des dirigeants de Belvédère sans prendre en compte les intérêts des créanciers et plus grave, ceux des salariés.

Moncigale a été en perte depuis la reprise par Belvédère et le sera probablement en 2011. L’effet direct de cette mise en procédure de sauvegarde aggrave la situation, car elle nous fait perdre le peu de crédibilité auprès de nos fournisseurs (viticulteurs qui en sont directement victimes) et la confiance de nos clients.

Les raisons de s'inquiéter grandissent pour les 250 salariés de Beaucaire qui ne peuvent que constater avec un immense désarroi la lente décrépitude de leur société liée aux manœuvres financières et juridiques de leurs dirigeants.

La FGA-CFDT demande à tous les acteurs (juges, administrateurs, créanciers, actionnaires, dirigeants, …) de mettre fin à cette spirale infernale qui mènera l’entreprise à une disparition inéluctable.

 
 
 

Fait à Paris, le 8 juillet 2011
Contacts : Régis Degouy, secrétaire national : 06 81 02 32 80
David Veyer, Délégué Syndical – Tél. 06 83 09 57 98
Relations presse : 06 89 04 25 27
FGA-CFDT 47-49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél : 01 56 41 50 50 - Fax : 01 56 41 50 30 - email : fga@cfdt.fr