Chambres d'agriculture : la FGA-CFDT demande au ministre de clarifier sa position

Publié le 19/09/2012 à 00H00
Après l'échec de la négociation salariale le 12 septembre dernier avec les employeurs, la FGA-CFDT en appelle à l'arbitrage du ministre de l'Agriculture pour débloquer la situation.

Chambres d'agriculture : la FGA-CFDT demande au ministre de clarifier sa position
Chambres d'agriculture : la FGA-CFDT demande au ministre de clarifier sa position
Après l'échec de la négociation salariale le 12 septembre dernier avec les employeurs, la FGA-CFDT en appelle à l'arbitrage du ministre de l'Agriculture pour débloquer la situation.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 19-2012

  

Chambres d'agriculture :
la FGA-CFDT demande au ministre de l'Agriculture de clarifier sa position

 
 

Après l’échec de la négociation salariale le 12 septembre  dernier avec les employeurs, la FGA-CFDT en appelle à l’arbitrage du ministre de l’Agriculture pour débloquer la situation.

Les employeurs des Chambres d'agriculture ont attendu la 3e séance de négociation salariale (19 avril, 12 juin et 12 septembre) pour fournir des données sociales aux représentants des salariés et mettre sur la table une proposition minimaliste pour les quatre premiers niveaux de classification (dont 2 sont en dessous du SMIC). Mais, ils n'ont fait aucune proposition de hausse réelle des salaires au prétexte du blocage du ministère de l’Agriculture.

De son côté, la FGA-CFDT, syndicat majoritaire, a revendiqué en priorité une révision de la grille des minima de la branche, qui n’aurait qu’un très faible impact sur la masse salariale (0.1%) et le renvoi à la négociation collective locale sur les salaires réels dans chaque établissement financièrement autonome. Elle rappelle l’esprit de l’accord de classification de 2006 qu'elle a signé seule avec les employeurs : l’évolution de la valeur du point doit permettre le maintien du pouvoir d’achat et les augmentations au choix doivent s’effectuer en fonction de l’évaluation annuelle des salariés.

Dans un contexte de régionalisation croissante et incontournable des activités des Chambres d’agriculture, les salariés s’inquiètent du manque de lisibilité et de perspectives pour l’avenir. Ils constatent qu’on leur impose de multiples restrictions dans leur travail quotidien (baisse des remboursements de frais, restriction d’usage des véhicules de fonction ou de service, éclatement des activités, rognage des RTT…) alors que les élus et directeurs poursuivent des bricolages organisationnels inefficaces pour préserver leur pré carré.

Depuis le début de l’été, 65 sections FGA-CFDT ont interpellé le ministre de l'Agriculture par courrier (joint en annexe). Il est désormais urgent que ce dernier se positionne et donne des orientations claires en matière salariale. Il faut aussi que le Ministre s’exprime sur l’organisation du dialogue social dans les Chambres d’agriculture et l’articulation des droits sociaux des salariés des Chambres avec le Code du travail. En effet, au prétexte des spécificités des Chambres d’agriculture, les employeurs tentent de se soustraire des obligations du Code du travail. La CFDT a déposé trois recours devant le Conseil d’Etat pour préserver les droits des salariés.
 
 

Fait à Paris, le mercredi 19 septembre 2012
Contacts
Frédéric Malterre, Secrétaire national : 06 76 09 92 44
Presse : 06 89 04 25 27
FGA-CFDT : 47-49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél. : 01 56 41 50 50 – Fax : 01 56 41 50 30 – email : fga@cfdt.fr

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS