Doux : pour 1 millier d'emplois perdus, c'est 30 millions d'euros gagnés !

Publié le 11/10/2012 à 00H00
Lors de l'audience du 9 octobre au Tribunal de Quimper, le Groupe DOUX présentait son plan de continuation. Pour la CFDT, peu de surprises !

Doux : pour 1 millier d'emplois perdus, c'est 30 millions d'euros gagnés !
Doux : pour 1 millier d'emplois perdus, c'est 30 millions d'euros gagnés !
Lors de l'audience du 9 octobre au Tribunal de Quimper, le Groupe DOUX présentait son plan de continuation. Pour la CFDT, peu de surprises !

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 24-2012

 

Doux : pour 1 millier d'emplois perdus, c’est 30 millions d'euros gagnés !

 

 

Lors de l’audience du 9 octobre au Tribunal de Quimper, le Groupe DOUX présentait son plan de continuation. Pour la CFDT, peu de surprises !

 

Nous constatons d’abord un manque total d’intérêt de la part du tribunal et de la direction du Groupe pour les 1.000 salariés du pôle Frais qui, pendant que les décideurs se réunissaient pour parler de l’avenir, eux, recevaient les remerciements du groupe Doux en toute impunité. «Allez hop, la sortie c’est par là, y a plus rien à voir !».

 

Pendant ce temps, on parle d’investissements lourds : 30 millions d’euros, concentrés principalement sur l’activité Congelé avec une perspective à 3 ans. On soulignera l’enthousiasme du Groupe Doux et de la Barclays sur ce projet. Projet qui soulève tout de même quelques questions : Quelles sont les perspectives du Groupe pour sortir de la dépendance des restitutions ? Et si le principal client du Moyen-Orient, Al Munajem, décidait de tourner le dos au Groupe, le Groupe a t-il suffisamment de ressources ?

 

 

L’enthousiasme est moindre lorsqu’il s’agit de passif. La dette brésilienne, qui sera connue au 15 octobre, rend la Barclays quelque peu frileuse. «La gouvernance oui, mais sans les dettes!».

 

Pour la CFDT et compte tenu des incertitudes, tout peut encore changer tant que le montant de la dette réclamé par le Brésil reste inconnu, et tant que nous n’aurons pas d’engagement précis de nouveaux actionnaires potentiels.Rendez-vous le 30 novembre au Tribunal, date à laquelle la période d’observation prendra fin.

 

 

La CFDT compte bien, cette fois-ci, sur le dépôt des comptes certifiés du Groupe car il est tout de même étonnant qu’on puisse présenter un plan de continuation alors que le Tribunal et les salariés n'ont aucune certitude sur la validité des comptes du Groupe Doux !

 

Par ailleurs, la CFDT demande que le plan de continuation permette une réelle prise en compte des évolutions prévisibles au niveau européen et que sur l'ensemble du périmètre du Groupe l'objectif soit bien le maintien de tous les emplois, les salariés ayant déjà trop payé les erreurs stratégiques du Groupe.

 

 

Fait à Paris, le jeudi 11 octobre 2012
Contacts
Patrick Massard, Secrétaire général FGA-CFDT : 06 87 64 11 06
Vanessa Perrotin, Secrétaire fédérale FGA-CFDT
: 06 88 31 94 24
Louis Baron, Secrétaire général, URI-CFDT Bretagne : 06 32 54 18 34
Jean-Luc Feillant, Secrétaire général adjoint, UPRA-CFDT Bretagne : 06 89 10 47 31
Presse : 06 89 04 25 27
FGA-CFDT : 47-49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél. : 01 56 41 50 50 – Fax : 01 56 41 50 30 – email : fga@cfdt.fr