L'URI CFDT Bretagne et la FGA-CFDT sont consternées face à l'avis du tribunal

Publié le 08/08/2012 à 00H00
Le groupe DOUX est finalement coupé en deux. Le pôle frais est liquidé et mis en vente. L'activité des produits élaborés et du pôle congelé sont livrés aux intérêts financiers de la Barclays.

L'URI CFDT Bretagne et la FGA-CFDT sont consternées face à l'avis du tribunal
L'URI CFDT Bretagne et la FGA-CFDT sont consternées face à l'avis du tribunal
Le groupe DOUX est finalement coupé en deux. Le pôle frais est liquidé et mis en vente. L'activité des produits élaborés et du pôle congelé sont livrés aux intérêts financiers de la Barclays.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 16-2012

 
 

L’URI CFDT Bretagne et la FGA-CFDT sont consternées face à l’avis du tribunal

 

Le groupe DOUX est finalement coupé en deux. Le pôle frais est liquidé et mis en vente. L’activité des produits élaborés et du pôle congelé sont livrés aux intérêts financiers de la Barclays.

Le tribunal a choisi de faire confiance au plan de continuité de Charles DOUX, et cela jusqu’au 9 octobre. Comment peut-on contracter autant de dettes, bénéficier des aides de la PAC, avoir une politique sociale aussi irrespectueuse des salariés, licencier plus de 1 600 salariés, sans être inquiété et conserver la confiance de la justice ? C’est incompréhensible !

Charles DOUX transfert sans aucun état d’âme et ceci avec le cautionnement du tribunal, sa responsabilité sociale vers les repreneurs candidats du consortium. Ainsi, il se libère de cette lourde responsabilité qu’est l’avenir des 1 570 salariés en CDI et 137 salariés en CDD du pôle frais. Le site de Boynes, de Serent, de Blancafort, du Pontet, de Graincourt, de Laval, de la Vraie Croix administratif, et de Pleucadeuc avec 134 salariés repris sur 400 sont concernés. Ces sites, hormis Pleucadeuc fermeront leur porte si rien n’est fait d’ici le 1er septembre.

En attendant de revenir sur la responsabilité de DOUX - BARCLAYS, notre interrogation et nos priorités actuelles se portent vers la reprise des sites touchés par la mise en liquidation. Il n’est pas envisageable que ces salariés soient mis sur la touche alors qu’il existe des solutions industrielles.

Nous demandons que le consortium soit dissous pour mettre fin aux conditions d’indivisibilités des offres qui doivent être déposées avant le 10 août.

Cette décision du tribunal de Quimper démontre à quel point le défaut d’anticipation et de stratégie de filière finit toujours par se payer lourdement.

A ce titre, la FGA-CFDT et l’URI CFDT Bretagne se félicitent que leurs demandes de mise en place de conférences nationales et régionales sur l’avenir des filières trouvent une première réponse régionale. En effet, après plusieurs échanges positifs de leurs services avec la CFDT depuis début juillet, le Préfet et le Président du Conseil Régional de Bretagne mettront en place une première conférence régionale pour la filière avicole le 24 septembre prochain. Il faudra que l’ensemble des acteurs de la filière soit au rendez-vous.

 
 

Fait à Paris, jeudi 2 août 2012
Contacts
Patrick Massard, Secrétaire général : 06 87 64 11 06
Vanessa Perrotin, Secrétaire fédérale
: 06 88 31 94 24
Louis Baron, Secrétaire général, URI CFDT Bretagne : 06 32 54 18 34
Presse :06 89 04 25 27
FGA-CFDT : 47-49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél. : 01 56 41 50 50 – Fax : 01 56 41 50 30 – email : fga@cfdt.fr