La FGA-CFDT condamne le développement des rémunérations au SMIC

Publié le 09/10/2012 à 00H00
Le SMIC horaire au 1er juillet 2012 est passé à 9,40 euros bruts, soit un SMIC mensuel de 1 425,67 euros bruts pour 35h/semaine.

La FGA-CFDT condamne le développement des rémunérations au SMIC
La FGA-CFDT condamne le développement des rémunérations au SMIC
Le SMIC horaire au 1er juillet 2012 est passé à 9,40 euros bruts, soit un SMIC mensuel de 1 425,67 euros bruts pour 35h/semaine.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 22-2012

 
 
 

La FGA-CFDT condamne le développement des rémunérations au SMIC

 

Le SMIC horaire au 1er juillet 2012 est passé à 9,40 euros bruts, soit un SMIC mensuel de 1 425,67 euros bruts pour 35h/semaine. Pour la FGA-CFDT, le SMIC est bien un des leviers du pouvoir d’achat, mais il ne suffit pas à répondre aux attentes des salariés. Il faut aller au-delà et faire en sorte qu'il reste bien un minimum de démarrage. Le SMIC est devenu pour beaucoup trop de salariés l’unique horizon. 20 % des salariés au SMIC ont plus de dix ans d’ancienneté dans leur entreprise.

La FGA-CFDT a revendiqué et obtenu la réouverture des négociations des salaires minima conventionnels dans de nombreuses branches. Le 1er juillet dernier, avec le passage du SMIC à 9,40 € de l'heure, la majorité des conventions collectives nationales de la transformation agroalimentaire, des services à l'agriculture ainsi que les nombreuses conventions collectives départementales de la production agricole se sont retrouvées avec un, voire plusieurs coefficients en dessous du SMIC !

Mais dans la plupart des conventions collectives, ces négociations se sont soldées par un échec d’où un écrasement des grilles de salaires minima et une augmentation très forte du nombre de salariés rémunérés au SMIC. Certaines conventions collectives ont 7 coefficients au niveau du SMIC, c'est inacceptable ! Le travail réalisé depuis plusieurs années de décollement du 1er coefficient du SMIC (5 à 30 € suivant les conventions collectives) et d'aération des grilles de salaires est anéanti !

Face à cette situation, la FGA-CFDT revendique l'ouverture de nouvelles négociations sur les salaires minima 2013, dès novembre prochain dans toutes les branches. Elle estime par ailleurs que la problématique des dépenses contraintes (coût de l’énergie et des transports, accès au logement, reste à charge des dépenses de santé…), dont le poids est devenu insupportable pour trop de salariés, est un enjeu majeur.

 

La responsabilité des Pouvoirs Publics doit aussi être engagée sur tous ces sujets et des solutions doivent être apportées.

 

 

Fait à Paris, le mardi 09 octobre 2012
Contacts

Pascal Souzy, Secrétaire national : 06 09 20 28 93

Presse :
06 89 04 25 27

FGA-CFDT : 47-49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél. : 01 56 41 50 50 – Fax : 01 56 41 50 30 – email : fga@cfdt.fr