Mondelez : la FGA-CFDT pointe la souffrance des salariés derrière une restructuration globale continue

Publié le 27/06/2013 à 14H54
En 2011, après le rachat par Kraft de Cadbury puis la création du groupe Mondelez Int, le groupe a réorganisé son secteur administratif et commercial.

COMMUNIQUE DE PRESSE
N° 22-2013

 

Mondelez : la FGA-CFDT pointe la souffrance des salariés derrière une restructuration globale continue

 

En 2011, après le rachat par Kraft de Cadbury puis la création du groupe Mondelez Int, le groupe a réorganisé son secteur administratif et commercial. Cela s'est soldé par des suppressions de postes en France, en Belgique, en Autriche, en Suède.

En 2012, l’usine de Coolock Irlande a transféré sa production de fèves de cacao vers l’Angleterre et la direction a annoncé la fermeture de l'usine de café de Vienne en Autriche. En 2013, après les annonces récentes de fermeture de deux usines en Espagne et d'un site en Suisse, il est à craindre que le groupe ne soit tenté de continuer de fermer d’autres usines. Mondelez passe en force sans respecter l’accord d’information et de consultation signé en 2012 au niveau du comité d’entreprise européen.

En effet les représentants des salariés européens ont appris par téléphone seulement deux heures avant, la fermeture des deux usines espagnoles alors qu'ils auraient du avoir l’information avant que la décision définitive ne soit prise pour pouvoir étudier le projet et remettre un avis ou proposer des solutions alternatives. La restructuration de Mondelez est désormais globale et continue. Derrière Mondelez, se dessine un groupe à deux vitesses, fait de plus de profits pour l’entreprise, l’actionnariat  et des conséquences négatives pour l’emploi et la santé des salariés. Partout en Europe, les employés subissent et souffrent des incessants plans de déstructurations.

La FGA-CFDT veut participer pleinement et activement à l’évolution de cette entreprise.

Elle demande le respect des accords signés, dans le cadre d’un dialogue social d’anticipation, transparent et respectueux des représentants des salariés au niveau européen et local.

Elle réclame aussi une information pertinente sur la base d’un rapport social européen (formation, emploi, salaire, sécurité...) ainsi que l’accompagnement d’un expert économique et social pour mieux appréhender la problématique de l’environnement dans lequel le groupe Mondelez évolue afin de proposer des alternatives avant toutes décisions de nos dirigeants

Dans le cadre de la Responsabilité Sociale des Entreprises, elle demande au niveau européen un accord sur la limitation du travail précaire, des garanties sur la protection des droits et les conditions sociales des salariés ainsi que le développement de la démocratie sociale mondiale qui doit passer, pour la FGA-CFDT, par la reconnaissance du groupe du SYNDICAT IUF-UITA.

 

Fait à Paris, le mercredi 26 juin 2013
Contacts
Bruno Fournet : 06.16.18.49.86

David Lecat : 06.88.38.90.91
Presse : 06.89.04.25.27
FGA-CFDT : 47-49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél. : 01 56 41 50 50 – Fax : 01 56 41 50 30 – email : fga@cfdt.fr