Chambres d’Agriculture : la FGA-CFDT rappelle que les salariés sont le cœur de ces établissements

Publié le 03/07/2015 à 15H33
COMMUNIQUE DE PRESSE N° 27-2015 Selon la presse, un rapport du CGAAER pointe des dérives au sein des Chambres d’Agriculture, notamment en matière de masse salariale.

Si la FGA-CFDT a été auditionnée par les rapporteurs, elle n’a pas été destinataire du rapport en question. Elle s’inquiète de la vision erronée qui transparait dans ces articles.

La FGA-CFDT rappelle que les Chambres d’Agriculture exercent leur activité dans le domaine du conseil pour le développement de l’agriculture et des territoires. Il est donc logique, pour un organisme de services, qu’une des charges principales soit la masse salariale. De plus, pour la qualité des conseils, il est important de disposer de personnel qualifié.

En ce qui concerne les rémunérations, soulignons qu’un conseiller en début de carrière – bien souvent avec un diplôme d’ingénieur - gagne à peine plus de 1500 € net mensuel au sein de ces établissement.

Les évolutions de salaire se font uniquement grâce à l’augmentation de la valeur du point – gelé depuis 3 ans et à des « points de choix » attribués en partie au mérite et en partie à l’ancienneté. Laisser penser que la distribution de « point de choix » à hauteur de 1,7% de la masse indiciaire de base entraine une dérive de la masse salariale est inexact. L’évolution des salaires moyens au sein des structures en est la preuve, avec une diminution de 1,6 % entre 2011 et 2012.

Concernant l’évolution des effectifs, la FGA-CFDT rappelle qu’elle réclame, depuis de nombreuses années (2009), la mise en place d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences au niveau régional, ce que les employeurs refusent de manière constante, préférant préserver leur pré carré.

De plus, en ce qui concerne le pilotage économique des structures, la FGA-CFDT revendique un droit de regard des salariés sur le budget des Chambres d’Agriculture au travers de la mise en place effective de comités d’entreprise au sein des Chambres d’Agriculture, non pas pour disposer d’un budget d’œuvres sociales, mais pour être informés et consultés sur la situation budgétaire et pouvoir recourir à l’expertise économique. La FGA-CFDT souhaite, par exemple, savoir ce qui relève réellement de la masse salariale et ce qui relève des indemnités des élus qui connaissent ici ou là quelques dérives.

Pour la FGA-CFDT, le premier problème au sein des Chambres reste la gouvernance. Depuis 2009, l’Etat demande aux Chambres d’Agriculture de se régionaliser et d’améliorer leur fonctionnement pour plus d’efficacité, mais également pour faire face aux baisses annoncées des financements publics.

Les dirigeants n’ont pas voulu de régionalisation et ont globalement privilégié des organisations mutualisées complexes avec une multiplication des comités de pilotage et des chefs.

Les Chambres régionales qui fusionneront suite à la réforme territoriale conserveront l’ensemble des élus actuels avec des réunions de 150 personnes. Pas certain que cela soit facteur d’économie et d’efficacité.

La FGA-CFDT déplore la facilité avec laquelle les dirigeants des Chambres d’Agriculture ciblent les salariés et leurs salaires pour justifier des difficultés actuelles et oublier leurs manquements dans la gestion et le pilotage des Chambres.

Un exemple significatif est le développement de prestations payantes. En la matière, la stratégie n’a jamais stable dans le temps au niveau national comme local. Bien souvent, les Chambres d’Agriculture mettent au point de nouveaux dispositifs qui finissent vendus par d’autres structures partenaires.

La FGA-CFDT souhaite que les Présidents des Chambres d’Agriculture assument leurs responsabilités et définissent des orientations stratégiques pour les Chambres d’Agriculture de demain pour être à la hauteur de leurs salariés qui depuis toujours s’investissent sans compter dans leur travail.

 

Fait à Paris, le 3 juillet 2015

Contacts :
Annabel FOURY, secrétaire fédérale : 06.88.31.69.30
Presse : 06.89.04.25.27

FGA-CFDT : 47- 49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél. : 01 56 41 50 50 – Fax : 01 56 41 50 30 – email : fga@cfdt.fr