Abattoirs : pour la FGA-CFDT, il ne faut pas que les solutions à la maltraitance animale accroissent la souffrance des salariés

Publié le 05/10/2016 à 17H27
COMMUNIQUE DE PRESSE N°27-2016 La FGA-CFDT s’inquiète de la mesure-phare du rapport qui consisterait à rendre obligatoire le contrôle « vidéo » dans les abattoirs. En effet, cette mesure pose la question de l’autorité chargée du contrôle : l'employeur ? L’Etat ?

La FGA-CFDT souligne que les postes de travail des quais de déchargement, des zones de stabulation (où les animaux sont maintenus avant d’être tués), de l'abattage et de l'accrochage sont extrêmement difficiles. Les salariés qui les occupent supportent beaucoup de stress et de pénibilité.
La FGA-CFDT estime que, même s'il faut répondre à un vrai problème, les infractions relevées semblent être assez rares, et qu'il ne faudrait pas que la solution proposée contribue à accroître la situation de salariés qui effectuent un travail déjà très pénible.
Pour la FGA-CFDT, la voie à suivre est celle d'une formation des salariés (notamment à la protection animale) et d'une amélioration de leurs conditions de travail.
La FGA-CFDT reconnait que la souffrance animale existe au sein des abattoirs. Elle approuve l'une des mesures du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie : l'augmentation des effectifs des services vétérinaires.
Leurs effectifs sont en baisse de 19 % en dix ans et leur rôle est tourné en priorité vers l’inspection sanitaire, au détriment du bien-être des bêtes.
Depuis une dizaine d'années, la FGA-CFDT n'a cessé de faire valoir son opposition à la tendance actuelle qui est de supprimer les agents de l’Etat sur les lignes d’abattage pour les contrôles de 1er niveau en les remplaçant soit par de l’autocontrôle, soit par des sociétés privées. Elle considère qu’il revient à l’Etat de faire, en toute indépendance, les contrôles de 1er niveau et d'y mettre les moyens humains suffisants.

Fait à Paris, le 3 octobre 2016

Contacts :
Eric POMMAGEOT, secrétaire national : 06.63.22.23.85
Presse : 06.89.04.25.27

FGA-CFDT : 47- 49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél. : 01 56 41 50 50 – Fax : 01 56 41 50 30 – email : fga@cfdt.fr