Chambres d’Agriculture - Mayotte : les salariés de la Chambre d’Agriculture lancent un cri d’alarme

Publié le 26/01/2017 à 14H44
COMMUNIQUE DE PRESSE N°03-2017 La Chambre d’Agriculture de Mayotte est sous tutelle renforcée de l’Etat depuis le mois de juillet 2016, en raison de graves difficultés financières ainsi que des difficultés rencontrées par cet établissement pour réaliser ses missions. Un plan de redressement a été élaboré par un comité présidé par le Préfet.

Les salariés sont très inquiets du devenir de leur établissement, inquiétude renforcée par le manque d’informations sur l’évolution de la situation et l’absence de visibilité.
Ils constatent, par ailleurs, une dégradation de leurs moyens de travail (suspension de la ligne téléphonique, véhicules non assurés, en panne ou vétustes, absence de ménage dans les bureaux, etc.) et un sous-effectif consécutif à plusieurs départs qui les empêchent de réaliser efficacement leurs missions.
N’ayant pas de réponse satisfaisante sur le fonctionnement de la Chambre dans les mois à venir, les représentants du personnel et délégués syndicaux CFDT viennent donc de solliciter le Préfet pour recevoir des assurances concernant le maintien de toutes les activités de la Chambre d’Agriculture avec le choix de solutions efficaces pour redresser rapidement la Chambre (subvention exceptionnelle, augmentation du montant de la TAFNB versée à la Capam, demande d’un prêt, etc.). Ils demandent également que les dispositions du statut des personnels des Chambres d’Agriculture soient respectées.
Sans garanties d’ici au 20 janvier, et devant l’extrême difficulté pour eux de remplir leurs missions, les salariés envisagent de cesser le travail.
La FGA-CFDT soutient les demandes légitimes des salariés de la Chambre d’Agriculture de Mayotte.
Elle rappelle également que les Chambres d’Agriculture sont des établissements publics, avec un rôle d’appui aux agriculteurs et aux filières agricoles, soutien d’autant plus essentiel dans les départements d’outre-mer.
La FGA-CFDT estime que les pouvoirs publics, mais également le réseau des Chambres d’Agriculture, doivent prendre leurs responsabilités et mettre en œuvre les mesures nécessaires pour que la Chambre d’Agriculture ait très rapidement les moyens de continuer ses activités.
Alors que, très récemment, l’Etat s’est porté garant de prêts accordés à des entreprises privées en difficulté, il serait anormal qu’il n’en soit pas, a minima, de même pour un établissement public. Ce soutien financier doit bien entendu aller de pair avec un accompagnement contractualisé pour solutionner les difficultés rencontrées dans l’exercice des missions de la Chambre.
C’est dans ce sens que la FGA-CFDT a interpellé le Ministère de l’Agriculture et l’APCA.
En ce qui concerne les salariés et le volet social, la FGA-CFDT demande d’associer les représentants syndicaux à l’élaboration du plan de redressement, mais également d’informer et consulter les représentants du personnel.

Fait à Paris, le 19 janvier 2017

Contacts :
Annabel FOURY, secrétaire nationale : 06.88.31.69.30
Zainaba HAMADI, déléguée syndicale CFDT Chambre d’Agriculture Mayotte : 06.39.09.02.09
Presse : 06.89.04.25.27

FGA-CFDT : 47- 49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél. : 01 56 41 50 50 – Fax : 01 56 41 50 30 – email : fga@cfdt.fr