Mondelez : la FGA-CFDT veut des garanties de reclassement sur un projet de 527 suppressions de postes

Publié le 02/07/2014 à 17H32
COMMUNIQUE DE PRESSE N° 15 - 2014 Les représentants du personnel de Mondelez (Carte Noire, Grand-mère, Lu, Hollywood, etc.) sont en cours de consultation sur un projet de réorganisation du groupe en France.

Ce projet comporte la création d’une joint-venture avec le groupe Douwe Egberts Master Blenders (qui détient notamment la marque Maison du Café) sur l’activité café et la délocalisation de nombreux emplois vers un centre de services partagé qui sera mis en place hors de la zone Europe. En France, la conséquence est la suppression de 527 postes au sein des sièges sociaux et des activités R&D, ainsi que la cession du seul site industriel café de Lavérune où travaillent 165 salariés.
La Direction annonce la création d’une nouvelle entité dédiée à la partie café en France, qui pourrait accueillir 444 salariés. Mais ce nombre de salariés ne permet pas le reclassement de toutes les personnes dont le poste sera supprimé et la pérennité des nouveaux postes n’est en aucun cas garantie. Les représentants FGA CFDT de Mondelez International sont donc extrêmement inquiets des conséquences sociales de cette opération à court et moyen termes et ne peuvent accepter le projet en l’état.
De plus, l’autorité de la concurrence n’a pas encore donné son accord sur ce projet et pourrait exiger sa modification, ce qui entraînerait sans aucun doute des suppressions de postes supplémentaires, voire la fermeture complète de sites.
La direction de Mondelez a présenté aux salariés un projet apparemment équilibré et sans conséquence sur l’emploi. Malgré leur attachement à l’entreprise, les salariés ne sont pas dupes. Les représentants de la FGA CFDT de Mondelez mettront donc tout en œuvre pour obtenir des garanties sur l’emploi, les conditions de travail et les mesures d’accompagnement des salariés concernés par le plan de sauvegarde de l’emploi.
Les élus des instances représentatives exigent du groupe de montrer la même implication et le même intérêt pour ses salariés que ceux dont il fait preuve pour ses actionnaires activistes et demandent un engagement de celui-ci pour des emplois durables qui vont de pair avec une vision à long terme de l’entreprise.

Fait à Paris, le mercredi 2 juillet 2014

Contacts :
David LECAT, secrétaire fédéral : 06 88 38 90 91
Bruno FOURNET, secrétaire du comité central d’entreprise, tel 06.16.18.49.86
Presse : 06 89 04 25 27

FGA-CFDT : 47- 49 avenue Simon Bolivar 75950 Paris Cedex 19
Tél. : 01 56 41 50 50 – Fax : 01 56 41 50 30 – email : fga@cfdt.fr